Les nouvelles technologies pour bien-vieillir chez soi : où en sommes-nous ?

AVIS IMPORTANT : Afin de protéger la santé de tous en cette période de pandémie de COVID-19, toutes les activités (ateliers et conférences) du centre AvantÂge sont suspendues pour les sessions d’hiver et de printemps. Merci pour votre compréhension.

Conférence

4 juin 2020 à 14 h 00


Internet des objets, eSanté, intelligence artificielle… Dans les dernières années, nous assistons à une explosion des nouvelles technologies dont certaines, très médiatisées, promettent d’améliorer le quotidien des aînés en perte d’autonomie. Qu’en est-il vraiment ? Quel est le potentiel de ces technologies mais aussi, quelles en sont les limites ? Cette conférence vise à faire le tour de la question et à susciter la réflexion chez les participants quant au rôle futur des technologies dans leur quotidien.

  • Entrée libre et gratuite
  • Durée de 60 minutes
  • Cette conférence est une présentation d’AvantÂge
Dre Nathalie Bier

Dre Nathalie Bier

Ph. D., ergothérapeute, chercheuse, CRIUGM, professeure agrégée, École de réadaptation de l’UdeM

Nathalie Bier a comme objectif de favoriser le maintien à domicile des personnes présentant des troubles cognitifs. Elle vise donc à mieux comprendre l’impact des déficits cognitifs, particulièrement ceux liés au vieillissement et à la démence, sur le fonctionnement dans la vie quotidienne. Son programme de recherche vise également à développer des approches non pharmacologiques pour promouvoir le maintien à domicile, comme la rééducation cognitive et l’utilisation des nouvelles technologies.

Dr Maxime Lussier

Dr Maxime Lussier

Ph. D., neuropsychologue, postdoctorant en Science de la réadaptation, CRIUGM et UdeM

Ayant complété son doctorat en neuropsychologie, Maxime Lussier est actuellement postdoctorant en Science de la réadaptation à l’Université de Montréal et au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal. Ses principaux intérêts de recherche sont reliés à la plasticité cognitive, aux gérontechnologies, à l’entrainement cognitif et aux facteurs pouvant moduler le vieillissement cognitif normal.